Quelles sont les fêtes nationales britanniques ?

La culture britannique est teintée d’histoire, de légendes et de traditions. Du nord de l’Écosse au sud de l’Angleterre, chaque fête révèle une partie de l’âme britannique. Immergez-vous dans le monde fascinant des fêtes britanniques, reflets de l’héritage historique, religieux et culturel du Royaume-Uni.

Si vous préparez un voyage en Grande Bretagne, il est important de bien connaître la culture britannique. Et pour ça, bien entendu, comprendre la langue est vivement conseillé. 🙂 Votre niveau d’anglais laisse un peu à désirer ? Remettez-vous à la langue Shakespeare avec ce livre facile et ultra-complet.

New Year’s Day (Jour de l’An)

Le premier jour de l’année, le Royaume-Uni s’éveille dans une atmosphère festive. Les feux d’artifice illuminent le ciel nocturne, célébrant l’espoir et les promesses de l’année à venir. C’est un moment de joie collective, où les rues résonnent des chants et des rires des festivités.

En Écosse, la célébration prend un tournant unique avec l’Hogmanay. Les torches enflammées défilent dans les rues, rappelant les traditions païennes anciennes. Les habitants ouvrent leurs portes pour accueillir amis et voisins, symbolisant l’hospitalité et la communauté.

Outre les festivités, le Jour de l’An est également un moment de réflexion. Beaucoup profitent de cette journée pour établir des résolutions, envisageant des changements et des améliorations pour les mois à venir. Qu’il s’agisse de remise en forme, de nouveaux départs ou de projets ambitieux, c’est le moment de se fixer des objectifs.

Mais le Nouvel An n’est pas seulement une affaire d’adultes. Les enfants, les yeux brillants d’excitation, espèrent souvent la première neige de l’année, transformant le paysage urbain en un terrain de jeu hivernal magique.

Téléchargez dès maintenant notre e-book gratuit « 30 secrets à découvrir sur l’Angleterre ». Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter !

Saint David’s Day (Jour de Saint David)

Le 1er mars, le Pays de Galles s’illumine en l’honneur de son saint patron, Saint David. Des jonquilles éclatantes et des poireaux – les emblèmes nationaux – sont fièrement arborés. La légende raconte que David a conseillé aux soldats gallois de porter un poireau lors d’une bataille pour se reconnaître.

Les écoles et les communautés organisent des eisteddfodau, des festivals de musique et de poésie, pour célébrer la riche culture galloise. Ces événements rassemblent les jeunes et les moins jeunes, unissant la nation dans une célébration mélodique et poétique.

Saint David, bien que religieusement important, est aussi un symbole de résistance et de fierté nationale. Son jour rappelle aux Gallois leur riche histoire, leurs victoires et leurs défis, renforçant ainsi leur identité nationale.

Mais cette journée n’est pas seulement solennelle. Les rues sont animées par des défilés, des concerts et des danses traditionnelles. Les marchés proposent de délicieuses spécialités galloises, des welsh cakes aux bara brith, offrant un régal pour les papilles.

Saint Patrick’s Day (Jour de Saint Patrick)

Le 17 mars, toute la Grande-Bretagne se pare de vert pour honorer Saint Patrick, le saint patron de l’Irlande. Même si ce jour est spécifiquement irlandais, sa célébration a largement débordé les frontières de l’Irlande pour embrasser le monde entier, y compris le Royaume-Uni.

Qui n’a jamais entendu parler des légendes entourant Saint Patrick ? Selon la plus célèbre d’entre elles, il aurait chassé tous les serpents d’Irlande. Alors, dans les rues, ne soyez pas surpris de voir des représentations de serpents aux côtés des trèfles, symbole emblématique de cette fête.

La bière verte, les parades et la musique celtique résonnent dans chaque coin de rue. Les pubs sont remplis de personnes chantant, dansant et célébrant la culture irlandaise. Il s’agit d’une journée où les différences sont mises de côté pour célébrer l’unité et le patrimoine commun.

Néanmoins, derrière les festivités, le Jour de Saint Patrick est aussi une célébration de la foi chrétienne. Les églises tiennent des services spéciaux pour commémorer l’héritage de Saint Patrick, rappelant ses contributions à la propagation du christianisme en Irlande.

Good Friday (Vendredi Saint)

Le Vendredi Saint est un jour sombre et contemplatif pour de nombreux Britanniques. Il marque la crucifixion de Jésus Christ et sa mort au Calvaire. Les cloches des églises sonnent tristement et de nombreuses émissions télévisées abordent le thème de la Passion.

C’est un jour de jeûne et de prière pour beaucoup. Les familles se rassemblent pour réfléchir à la signification profonde de cette journée et à son impact sur la foi chrétienne. La mélodie solennelle des hymnes religieux remplit l’air, offrant un moment de réflexion spirituelle.

Cependant, comme pour beaucoup de traditions, le Vendredi Saint a aussi ses coutumes culinaires. Les buns croisés, garnis de raisins secs et marqués d’une croix sur le dessus, sont traditionnellement consommés lors de cette journée. Cette gourmandise rappelle subtilement le symbole de la croix.

Même si le Vendredi Saint est marqué par le recueillement, il prépare aussi le terrain pour la célébration joyeuse de Pâques. C’est un rappel de l’espoir et de la résurrection qui suivent les moments les plus sombres.

Easter Monday (Lundi de Pâques)

Après la gravité du Vendredi Saint, le Lundi de Pâques est une célébration de la résurrection de Jésus. Tout le Royaume-Uni se réveille dans une atmosphère de joie et de renouveau. Les familles se réunissent pour des repas festifs, et les jardins résonnent des rires des enfants à la recherche d’œufs de Pâques.

Cette chasse aux œufs est une tradition adorée des petits comme des grands. Les œufs, qu’ils soient en chocolat ou durs colorés, sont cachés dans les moindres recoins, incitant à une quête joyeuse et parfois compétitive.

Le Lundi de Pâques, bien qu’essentiellement religieux, est aussi l’occasion de célébrer le printemps. Les bourgeons sur les arbres, les fleurs en fleurs et le chant des oiseaux symbolisent le renouveau et l’espoir. C’est un rappel que, même après les périodes les plus sombres, il y a toujours une renaissance.

C’est également le moment pour beaucoup de traditions folkloriques. Des jeux comme le « egg jarping », où deux œufs durs sont frappés l’un contre l’autre jusqu’à ce que l’un d’eux se brise, sont couramment pratiqués. Ces traditions ajoutent une touche d’authenticité à la fête moderne.

Téléchargez dès maintenant notre e-book gratuit « 30 secrets à découvrir sur l’Angleterre ». Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter !

Saint George’s Day (Jour de Saint George)

Le 23 avril, la Grande-Bretagne se pare de rouge et blanc pour célébrer Saint George, le saint patron de l’Angleterre. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Saint George n’était pas anglais, mais son courage et sa bravoure symbolisent l’esprit combatif de l’Angleterre.

La légende raconte que Saint George a sauvé une princesse en tuant un dragon redoutable. Aujourd’hui, ce mythe est commémoré par diverses reconstitutions et parades à travers le pays. Les enfants, souvent habillés en chevaliers, participent activement à ces festivités, renouant avec l’âge d’or des contes et légendes.

Dans les pubs et les restaurants, le menu du jour est souvent inspiré de plats typiquement anglais, comme le « roast beef » ou le « fish and chips », servis avec une pinte de bière locale. Un toast à la santé de Saint George est également de rigueur!

Mais au-delà de la fête, c’est aussi l’occasion de célébrer la culture et l’identité anglaises. Des concerts, des expositions et des festivals mettent en lumière l’art, la littérature et l’histoire de l’Angleterre, offrant un riche panorama de ce que signifie être anglais aujourd’hui.

May Day (Fête du Travail)

Le premier mai, aussi connu sous le nom de May Day, est célébré avec ferveur à travers le Royaume-Uni. Contrairement à d’autres pays où ce jour est principalement associé au mouvement ouvrier, en Angleterre, May Day a des racines profondément ancrées dans les traditions païennes du printemps.

L’aube de May Day voit souvent des danseurs traditionnels, appelés « Morris Dancers », accueillir le lever du soleil avec des clochettes et des bâtons. Ces danses folkloriques, remplies de symboles, sont une célébration de la nature et de la fertilité.

Un autre symbole incontournable de cette fête est le mât de mai. Les villageois dressent un grand mât autour duquel rubans et couronnes de fleurs sont enroulés dans une danse festive. Cette tradition, qui date de l’époque celtique, célèbre l’union et la prospérité.

Bien sûr, la Fête du Travail est également l’occasion de revendications sociales et politiques. Les manifestations et défilés à travers les villes du pays rappellent l’importance de la justice sociale et des droits des travailleurs. C’est une journée de dualité, à la fois ancrée dans l’ancien monde et résolument tournée vers les défis contemporains.

Battle of the Boyne (Bataille de la Boyne)

Le 12 juillet commémore la Bataille de la Boyne, un événement crucial dans l’histoire de l’Irlande du Nord. C’est un jour de célébration pour certains, et de réflexion pour d’autres, tant la bataille a eu des répercussions sur les relations entre catholiques et protestants dans la région.

La bataille a eu lieu en 1690 et a vu la victoire de Guillaume d’Orange, un protestant, sur le roi Jacques II, un catholique soutenu par le Royaume de France. Depuis lors, ce jour est célébré principalement par la communauté protestante d’Irlande du Nord avec des défilés, des fanfares et des drapeaux.

Néanmoins, il est essentiel de noter que cette journée, chargée d’histoire, est parfois source de tensions entre communautés. Les autorités et les organisations civiles travaillent donc main dans la main pour garantir que les célébrations se déroulent dans le respect et la paix.

Malgré son lourd passé, la Bataille de la Boyne est aussi un rappel de la riche tapestry historique de la Grande-Bretagne. Les écoles et les musées profitent souvent de cette date pour éduquer les nouvelles générations sur l’importance de la coexistence et de la compréhension mutuelle.

Saint Andrew’s Day (Jour de Saint Andrew)

Le 30 novembre résonne au son de la cornemuse dans les rues d’Édimbourg, de Glasgow et de toute l’Écosse. Saint Andrew, le saint patron de l’Écosse, est célébré avec une affection et une ferveur toute particulière. Ce jour est un rappel fier de l’identité écossaise et de ses traditions séculaires.

Saint Andrew est, selon la légende, le premier apôtre à avoir été appelé par Jésus. Bien qu’il n’ait jamais mis les pieds en Écosse, la croix en forme de X sur laquelle il a été crucifié est devenue le symbole du drapeau écossais. Un mélange d’histoire, de mythologie et de foi donne à cette journée une profondeur unique.

Les festivités incluent des repas traditionnels, où le haggis, le neeps et les tatties sont souvent à l’honneur. La soirée est généralement marquée par des ceilidhs, des rassemblements musicaux et dansants où les jigs écossais font tournoyer les participants dans une atmosphère joyeuse.

Mais plus qu’une simple célébration, le Jour de Saint Andrew est l’occasion de se rappeler des valeurs d’ouverture, de partage et de générosité que le saint lui-même incarnait. À travers tout le pays, des actes de bienveillance et des dons aux moins fortunés sont encouragés, renforçant le sens communautaire si cher aux Écossais.

Christmas Day (Noël)

Noël en Grande-Bretagne est un mélange magique de traditions anciennes et de modernité. Les rues s’illuminent, les marchés de Noël fleurissent, et une douce odeur de pain d’épice emplit l’air. C’est le moment où les familles se réunissent, échangent des cadeaux et se remémorent leurs souvenirs les plus chers.

Les enfants attendent avec impatience la visite du Père Noël, connu localement sous le nom de « Father Christmas ». Les chaussettes sont soigneusement accrochées à la cheminée, en espérant qu’elles seront remplies de cadeaux à l’aube.

Le repas de Noël est un événement en soi. La dinde rôtie, accompagnée de légumes, de sauce aux canneberges et de « Christmas pudding », est le point culminant de la journée. Sans oublier le fameux « cracker », ce petit cadeau surprise qui éclate en ouvrant et qui contient souvent une couronne en papier, une blague et un petit jouet.

Au-delà de la fête et des festivités, Noël est aussi un moment de spiritualité et de réflexion. Les églises à travers tout le pays accueillent les fidèles pour des messes et des cantiques, rappelant le véritable sens de cette fête.

Boxing Day

Le 26 décembre, au lendemain de Noël, c’est le Boxing Day, une fête typiquement britannique. Contrairement à ce que son nom pourrait suggérer, il n’a rien à voir avec le sport de boxe. Le Boxing Day tire son origine des « Christmas Boxes », des boîtes dans lesquelles les employeurs mettaient des cadeaux pour leurs employés.

À l’origine, c’était le jour où les domestiques étaient autorisés à rendre visite à leur famille, car ils travaillaient le jour de Noël. Ils recevaient alors une « Christmas Box » en guise de bonus annuel ou de pourboire.

De nos jours, le Boxing Day est synonyme de détente après l’agitation de Noël. Pour beaucoup, c’est aussi l’occasion de profiter des soldes d’après-Noël, où les magasins offrent des rabais conséquents. Les rues commerciales de Londres, de Manchester ou de Liverpool sont souvent bondées de chasseurs de bonnes affaires.

Il est également courant d’assister à des événements sportifs le Boxing Day, notamment des matchs de football. Quoi qu’il en soit, c’est un jour pour profiter des restes du festin de Noël, se détendre en famille ou entre amis, et se préparer pour les festivités du Nouvel An à venir.

Vous souhaitez apprendre de nombreuses choses sur la culture britannique ? Rejoignez notre communauté dès maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *